Prorogation & extension du « suramortissement Macron » jusqu’au 14 avril 2017 : des opportunités pour les investissements numériques et de R&D

Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour une République numérique, le Sénat vient d’adopter un amendement présenté par le Gouvernement prolongeant le dispositif de « suramortissement Macron ».

Rappel du dispositif

Le « suramortissement Macron » permet aux entreprises soumises à l’IS de déduire de leur résultat imposable une somme égale à 40% de la valeur d’origine (hors frais financiers) de certains équipements dans les domaines de la production ou de la recherche scientifique, lorsque ces biens peuvent être amortis selon le mode dégressif, et qu’ils sont acquis ou créés entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2016.

Fin 2015, le bénéfice du régime avait notamment été étendu aux investissements dans les réseaux en fibre optique.

L’extension du dispositif et sa prorogation sont actuellement en cours de vote par le Parlement, et ont d’ores et déjà été commentés par l’Administration dans une mise à jour anticipée du BOFiP.

Extension du dispositif à de nouvelles immobilisations et jusqu’au 14 avril 2017

Le « suramortissement Macron » est étendu :

  • aux appareils informatiques prévus pour une utilisation au sein d’une baie informatique et aux super calculateurs, quelles que soient leurs modalités d’amortissement, acquis ou fabriqués à compter du 16 avril 2016 ;
  • aux logiciels contribuant à des opérations industrielles de fabrication et de transformation (notamment logiciels de conception, de simulation, de pilotage, de programmation, de suivi et de gestion de production, de maintenance), quelles que soient leurs modalités d’amortissement, acquis ou fabriqués depuis le 15 avril 2015 ;
    • Nota : pour les autres logiciels, il conviendra, comme auparavant, de démontrer qu’ils sont indissociables du matériel éligible à l’amortissement dégressif, pour être eux-mêmes éligibles à l’amortissement dégressif et, de fait, à l’amortissement exceptionnel.
  • aux réseaux en fibre optique, s’ils ne font pas l’objet d’une aide versée par une personne publique et quelles que soient leurs modalités d’amortissement, acquis ou fabriqués à compter du 1er janvier 2016. Le suramortissement pourra également bénéficier à l’entreprise qui finance et qui est titulaire d’un droit d’usage sur ce réseau.

     

Photo de Thomas Perrin
Thomas Perrin

Thomas Perrin, Avocat Associé, est spécialisé en fiscalité internationale et a pris part à de nombreuses missions impliquant des groupes multinationaux tant français qu’étrangers. Après avoir créé en 2004, puis […]

Photo de Lucille Chabanel
Lucille Chabanel

Lucille intervient depuis plus de 14 ans au sein du département Fiscalité des Entreprises. Rattachée à la ligne de services R&D depuis 2006, elle a développé une forte expertise dans […]

Photo de Daniel Briquet
Daniel Briquet

Daniel Briquet, Associé, est Ingénieur de formation et exerce au sein du département R&D. Il conseille régulièrement les grands groupes sur leurs processus de Crédit d’Impôt Recherche. Ancien Directeur Général […]

Photo de Lionel Draghi
Lionel Draghi

Lionel Draghi, Associé et Ingénieur, exerce au sein du département R&D. Expert logiciel chez THALES, fort de plus de 15 ans d’expérience en génie logiciel dans l’industrie, il rejoint le […]

Photo de Laurent Gouzènes
Laurent Gouzènes

Laurent a plus de 30 ans d’expérience professionnelle dans le monde de l’innovation et de la recherche. Il a été directeur technique et scientifique de plusieurs entreprises, et notamment 18 […]

Photo de Rémi Barnéoud
Rémi Barnéoud

Rémi cumule plus de 20 ans d’expérience en développement, gestion de projets et conseils stratégiques dans les domaines du logiciel, de l’électronique, de la mécanique et des systèmes de contrôle-commande. […]