Commerce électronique : précisions sur les obligations pesant sur les exploitants des entrepôts logistiques

Un arrêté du 24 mars 2020 complète les nouvelles obligations des exploitants des entrepôts logistiques introduites par la Loi de Finances pour 2020 et applicables depuis le 1er janvier 2020.

Il n’y a pas que les opérateurs de plateformes de commerce électroniques qui sont astreints à des obligations d’information !

Le régime prévu par la Loi de Finances pour 2020

En effet, la Loi de Finances pour 2020 a introduit des obligations incombant également aux exploitants d’entrepôts logistiques localisés en France, lorsque ceux-ci détiennent des biens importés appartenant à des vendeurs établis en dehors de l’Union européenne et qui sont destinés à être vendus par l’intermédiaire d’un site de commerce électronique.

Ainsi, l’article 298 sexdecies J du CGI prévoit que les exploitants d’entrepôts logistiques doivent tenir à la disposition de l’Administration fiscale un certain nombre d’informations durant six années suivant leur importation et informer par tous moyens les propriétaires de leurs obligations en matière de TVA en France.

Les précisions apportées concernant les informations à fournir à l’Administration

Les informations devant être rassemblées ont été précisées par un arrêté du 24 mars 2020, repris à l’article 50 sexies M de l’Annexe IV au CGI.

Il s’agit d’informations telles que : les noms, adresse et numéro d’identification à la TVA (ou fiscal) du vendeur (le texte principal précise à ce titre que l’exploitant doit faire toute diligence pour s’assurer de l’identité des propriétaires) ; le numéro EORI du vendeur ou de la personne qui a procédé au dédouanement des biens ; la date à laquelle le propriétaire a été informé de ses obligations en matière de TVA ; le pays de provenance, la nature, la quantité et la durée de détention des biens ; les lieux et date de livraison.

Obéissant aux règles du droit de communication, la sanction en cas d’inobservation est l’amende de 10 000 € (combinaison des articles L96 K du LPF et 1734 du CGI).

Des commentaires administratifs à venir devront préciser le formalisme lié à cette nouvelle obligation (support de conservation, procédure, etc.).

Photo de Vanessa Irigoyen
Vanessa Irigoyen

Vanessa, Avocat Associée, possède plus de 15 ans d’expérience en fiscalité indirecte. Elle travaille avec des clients français et internationaux dans divers secteurs, notamment : pharmaceutique, e-business, aérospatial et défense, […]

Photo de Bertrand Jeannin
Bertrand Jeannin

Bertrand Jeannin, Avocat Associé, conseille des groupes français ou étrangers dans le cadre de leur stratégie de gestion de la TVA et de la fiscalité douanière en France et en […]

Nicolas Kazandjian /TAJ
Photo by © Christophe Guibbaud / Capa Pictures
Nicolas Kazandjian

Nicolas, Avocat Directeur, totalise 20 années d’expérience en matière de fiscalité indirecte. Il assiste des groupes multinationaux et des ETI basés en France et à l’étranger, opérant dans divers domaines […]